Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2020 2 16 /06 /juin /2020 16:43

    America, revue trimestrielle française consacrée aux États-Unis, lancée en 2017, en grande partie en réaction contre la présidence de Donald TRUMP, ambitionne de montrer "l'Amérique comme vous ne l'avez jamais lue".

     Ses fondateurs François BUSNEL et Éric FOTTORINO, respectivement directeur de la rédaction et directeur de publication, envisagent de publier en tout 16 numéros, un par trimestre, pendant toute la durée du mandat présidentiel de Donald TRUMP (soit 4 ans).

    Déjà, les numéros parus abordent autour d'un thème central par numéro, des sujets de société les plus divers, très en phase avec une certaine actualité littéraire aux États-Unis. Au printemps 2019, la revue avait abordé l'Amérique indienn, la situation des Amérindiens, avec la participation de Louise ERDRICH, Tommy ORANGE, Jim FERGUS et Joseph BROYDEN. Le premier numéro avait donné le ton avec Face à Trump : portrait d'un pays éclaté où America sondait les États-Unis à travers le regard des écrivains américains : Toni MORRISON, Jay MCLNEMEY, Colum McCANN.. A chaque numéro, un grand entretien avec un écrivain, comme pour ce numéro de l'Hiver 2020, avec Margaret ATWOOD.

    Présente sous forme papier, la revue publie aussi nombre d'articles sur son site, et notamment dans sa newsletter, qui entend suivre également "le meilleur de la presse américaine et française". La revue suit de manière égale l'actualité littéraire critique sur l'ensemble du territoire des États-Unis, autant de la côte Est que de la côte Ouest comme également d'État dont on entend peu parler en Europe. On ne peut que conseiller de prendre connaissance de cette revue de 200 pages par numéro, très riche, qui se situe d'ailleurs très loin des différents mag que l'on a pu connaitre dans la presse française sur la situation aux États-Unis, qui se résumaient un peu trop à des reportages photos...

 

 

America, Les éditions America - 24, rue Saint-Lazare, 75009 Paris, Site Internet : America-mag.com

Partager cet article

Repost0
14 juin 2020 7 14 /06 /juin /2020 06:44

  Savoir/Agir, revue trimestrielle française critique de sciences sociales, propose des analyses en sociologie, en science politique, histoire, ainsi que des rubriques d'actualités. Elle parait, depuis 2007, aux éditions du Croquant, grâce à l'association Savoir/Agir, anciennement Raisons d'Agir, sans la responsabilité d'un comité de rédaction présidé par Frédéric LEBARON.

Présente sur le portail Cairn.Info, Savoir/Agir est l'une des trois publications des éditions du Criquant, avec Zilsel (semestriel) et la Revue du Parti du gauche. Comme toutes les revues et livres publiés par les éditions du Croquant, Qavoir/Agir est autant disponible sur papier, en librairie, que sous forme électronique (Internet).

    L'association Savoir/Agir a pris la suite de l'association Raisons d'agir (qui existait depuis l'hiver 1995, officiellement depuis 1998) depuis 2010 et s'est dotée d'une Charte, Un intellectuel collectif autonome. Rédigée contre l'hégémonie de la pensée néo-libérale et le rétablissement de la critique, cette Charte veut être le support de "l'ébauche d'un intellectuel collectif autonome capable d'intervenir dans le champ politique en prenant appui sur les compétence spécifiques liées à l'exercice du métier de chercheur en sciences sociales, sur la forme de légitimité particulière dont ils sont crédités, sur l'autorité morale dont les dote leur autorité intellectuelle. 2bauche peu à peu rectifiée, inscrite dans le prolongement d'entreprises sociologiques collectives comme La misère du monde et d'initiatives militantes comme la création de l'Association de réflexion sur l'enseignement supérieure et la recherche (ARESER) et du Comité international de soutien aux intellectuels algériens (CISIA) et mobilisant l'autorité acquise contre celle des hommes politiques, de leurs prophètes et de leurs experts. C'est encore l'invention collective d'une nouvelle figure de l'engagement politique des intellectuels, issue à la fois d'un retour critique sur les figures de "l'intellectuel de parti" ou de "l'intellectuel total"(incarnée par Sartre), de l'héritage des sociologues durkheimiens ou de la figure de "l'intellectuel spécifiques"(incarnée par Foucault) et de la rupture avec la censure positiviste de toute intervention normative (le métier de sociologue est - sans pour autant s'y réduire - une activité éminemment politique).

   La revue aborde des sujets sociologiques dans une démarche volontairement politique. Le numéro 1 de 2007 abordait le "sens d'une défaite", et entre dans le détail du fonctionnement de la société (La crise financière : crise du système, crise de croyance?, 2008/2, n°4 ; Un peuple européen sur mesure, 2009/1, n°7 ; Le médicament : les dessous d'une marchandise, 2011, n°16 ; Journalisme et dépolitisation, 2014/2, n°28 ; Prendre le foot au sérieux, 2014/4, n°30 ; Les cadres pris dans la gestion, 2017/2, n°40 ; Le classes sociales en question, sur deux nuuméros, 2019, 2 et 3, n°48 et 49). Le numéro 50, de décembre 2019 propose un dossier sur "la mondialisation de la drogue, un espace politique". Et également des articles sur La sociologie peut-elle susciter de l'émotion? ; Pierre Bourdieu était-il un pince-sans-rire un peu pervers?

 

Savoir/Agir, Cairn.Info. éditions du croquant, 20 route d'Héricy, 77870 Vulaines sur Seine ;  editions-croquant.org

Partager cet article

Repost0
8 juin 2020 1 08 /06 /juin /2020 08:20

  La revue Solidaires International, revue de l'Union syndicale Solidaires depuis 2006, est le fruit du travail de réflexion et de contact de ses militants et militantes.

   Parmi les syndicats adhérents de l'Union syndicale Solidaires, on trouve de nombreux syndicats SUD (implantés dans plus secteurs), l'Action des Salariée-es du Secteur assOciatif (ASSO), Solidaires Justice... Elle existe depuis 2003 mais a des racines (très tourmentées d'ailleurs...) bien plus anciennes dans le syndicalisme. Elle entend défendre les travailleurs et les travailleuses en France quelle que soir leur origine et leur culture et travaille avec les organisations de jeunes, de chômeurs et chômeuses, de paysans, d'habitants. Elle se situe politiquement très à gauche et s'oppose notamment au néo-libéralisme et à une forme sauvage de mondialisation. Elle ne fait pas partie des cinq confédérations de salariés français bénéficiant d'une présomption irréfragable (et pourtant en réalité si fragile car ne regroupant qu'une petite partie des travailleurs) de représentativité, notamment auprès des pouvoirs publics et ne doit qu'à une certaine ténacité d'être parfois consultée sur certains projets.

  Chaque numéro tourne autour d'un thème central, par exemple la Chine (n°13, printemps 2019), l'Algérie (n°10), Mexique, Chiapas et Zapatistes (n°9, automne 2013), Sénégal (n°6, mai 2010)... Le numéro 14, d'hiver 2019-2020, est entièrement consacré à la Palestine : état des lieux de la situations dans les territoires occupés, paroles de militants palestiniens, israéliens et internationaux.

 

 

 

Solidaires international, Union Syndicale Solidaires, 31 rue de la Grange aux Belles, 75010 Paris. Site Internet : solidaires.org

Partager cet article

Repost0
31 mai 2020 7 31 /05 /mai /2020 08:16

  Contrairement à ce que ce titre pourrait suggérer, la Revue militaire générale, trimestrielle, est surtout l'émanation de l'armée de terre française.

Même si nombre d'articles traitent effectivement des affaires militaires dans leur globalité, elle est l'émanation, parmi tant d'autres titres qui traitent des affaires militaires, du Centre de doctrine, d'enseignement du commandement ou MiliTerre Pensée. Ce dernier organe, issu en 2016 de la fusion du Centre de la doctrine d'emploi des forces (CDEF) et du Centre d'études stratégiques de l'armée de Terre (CESAT), sous la direction du général adjoint et en lien permanent avec le cabinet du CEMAT et l'EMAT, est le pôle rayonnement de l'armée de Terre, avec pour mission de dynamiser les actions du rayonnement, "conformément aux axes opérationnels décidés par le chef d'état-major de l'armée de Terre. Compte tenu de ce que nous savons des tensions-rivalités entre les trois armes traditionnelles de l'Armée en France (air-terre-mer), ceci n'est pas anodin...

Précisions encore que la RMG est le nouveau format des Cahiers de la Pensée mili-Terre, mit en place en en 2019, qui "respecte tant le fond - à savoir la recherche et la prospective en matière de réflexion sur l'emploi des forces terrestres, que le contenu : un dossier à thème et des libres opinions."

   Même s'il reflète des points de vue "terrestres" au sein du commandement de l'armée, la Revue Militaire Générale présente pour le grand public et les spécialistes l'intérêt d'articles généraux sur la défense et sur la guerre. Ainsi, le numéro 55 (la numérotation semble suivre celle des Cahiers...) de septembre 2019 proposait un article sur "les conséquences des guerres sur les populations et les peuples,  et un autre qui fait le point sur ce qu'il reste des théories de la contre-insurrection réapparues après l'invasion de l'Irak par une coalition menée par les États-Unis.  Ses articles sont en libre accès sur son site Internet.

     Écrits surtout par des officiers, mais pas seulement, ces articles apportent des éclairages sur l'actualité immédiate et l'état des réflexions en cours au sein de l'état-major de l'armée de Terre, notamment sur les évolutions de la stratégie militaire et sur les interventions extérieures. La RMG est surtout lue par les personnels de l'armée et y circule librement .

   Le titre est sans filiation directe d'avec la Revue militaire générale, présente dès les années 1900 et dont on peut trouver des numéros sur différents sites internet de vente d'ouvrages, à part précisément une certaine même vocation d'aborder les affaires militaires de manière globale (surtout Armée de terre...).

 

Revue militaire générale, Site internet : penseemiliterre.fr

 

Partager cet article

Repost0
27 mai 2020 3 27 /05 /mai /2020 09:22

  Nawaat, blog collectif indépendant fondé en 2004 par des cyberactivistes tunisiens, se veut une "tribune libre à tous ceux qui ne voulaient pas subir le blocage médiatique en Tunisie" et pour ceux qui veulent défendre les libertés fondamentales, la liberté d'expression et la démocratie en Tunisie.

Ce blog est l'exemple de tout un mouvement, par le développement des moyens d'expression permit par Internet, mais si il ne se présente pas comme une revue, qui s'appuie sur la forme électronique pour compenser d'une manière ou d'une autre les problématiques parutions d'éditions papier. Joignant l'esprit premier du journalisme d'investigation au combat politique dans des régions aux régimes dictatoriaux ou qui s'efforcent de l'être, les responsables de ces blogs jouent le même rôle qu'une presse d'opposition en bonne et due forme. Nawaat, en l'occurrence, joue un rôle important en tant que média d'opposition pendant le régime de ZINE-ET-ABIDINE BEN ALI, en publiant plusieurs articles mettant en cause le non-respect des libertés fondamentales par le régime. Ce rôle s'intensifie fin 2010 avec le lancement de l'opération Tunileaks, dévoilant les télégrammes diplomatiques de WikiLeaks concernant la Tunisie, et couvrant activement les troubles sociaux et politique de la révolution de 2011.

Nawaat est censuré en Tunisie de sa création jusqu'au 13 janvier 2011, date du dernier discours de BEN ALI. Le blog poursuit sa mission dans l'analyse des politiques développées par les régimes tunisiens depuis.

    Avec son équipe de rédaction d'une quinzaine de membres (avec pour directeurs de publication Riadh GUERFALI et Sami BEN GHARBIA et rédacteur en chef Thameur McKKI et rédacteur en chef adjoint Yassine NABLI), et nombreux contributeurs et également de nombreux blogueurs qui animent autant de blogs autour de la "revue" principale, Nawaat poursuit le travail des fondateurs - Sami BEN GHARBIA, Riadh GUERFALI et Sofiane GUERFALI - Malek KHADHRAOUI les ayant rejoint en 2006.

   Diffusé sur Internet en français et en arabe notamment, Nawaat se lançait en janvier 2020, un magazine trimestriel qui entend exposer les raisons de croire en la transition démocratique que connait la Tunisie depuis 2011.

 

Nawat, 12 rue du Sénégal, 1002 Tunis-Belvédère, site Internet : nawaat.org

Partager cet article

Repost0
24 mai 2020 7 24 /05 /mai /2020 07:40

  Très jeune revue sur le cinéma, la télévision, le jeu video et la bande dessinée, débordements, dont le premier numéro est sorti en avril 2019, devait sortir son deuxième en... mars 2020... La revue se veut la vocation, entre critique et recherche, d'explorer par-delà le 7e art, le domaine très étendu des images.

  Revue jusqu'ici présente uniquement en ligne, elle offre en avril 2019 un entretien avec le cinéaste Philippe FAUCON et une longue étude du travail du scénariste et producteur David SIMON (The Wire, Treme). Existante en ligne depuis 2012, Debordements a déjà proposé la lecture de plus de 600 articles, dont des traductions, des textes de recherche et de grands entretiens (Jean-Luc GODARD, Guy MADDIN, Pedro COSTA, Jonas MEKAS, Arnaud DESPLECHIN, Peter KUBELKA, Béla TARR...).

Elle fait partie de ces revues, dans un mouvement constaté déjà récemment par ailleurs, qui, devant la piètre qualité des débats sur Internet, via les réseaux sociaux, où se disputent désormais vulgarité et opinions à l'emporte-pièce, éprouvent le besoin d'être présent sur un support bien plus manipulable qu'un écran, bien plus pérenne que des pages en pixels à la sauvegarde incertaine, et surtout pour être d'une certaine manière crédible et reconnue.

  Il s'agit toujours pour la revue de voir l'évolution emmêlée désormais du cinéma, de la télévision et au sens large, des images... autour de la même équipe d'amis - Raphael NIEUWJAER (comme rédacteur en chef de l'édition papier, Romain LEFEBVRE, Florent Le DEMAZEL, Gabriel BORTZMEYER. Lesquels, sans véritable "plan de bataille ou de communication", continue leurs explorations, à travers ceux qui les pensent, ceux qui les produisent...

 

Débordements, 63 rue Ghesquières, 59260 Hellemmes; Site Internet : debordements.fr

Partager cet article

Repost0
17 mai 2020 7 17 /05 /mai /2020 07:13

   Le magazine politique et littéraire trimestriel américain Boston Review publie des analyses politiques, sociales et historiques, des critiques littéraires et culturelles, des critique de livres, de la fiction et de la poésie, en ligne et dans la presse écrite. Fondée en 1975 (avec comme titre New Boston Review) et basée à Cambridge aux Massachusetts; la revue se considère comme un "forum", et comporte souvent un essai principal suivi de plusieurs réponses. Il publie régulièrement également une empreinte de livres avec MIT Press.

     Avec à sa tête comme rédacteurs en chef, Deborah CHASMAN et le philosophe politique Joshua COHEN; l'écrivain Junot DAAZ étant l'éditeur de fiction, Boston Review, d'une diffusion de plus de 60 000 exemplaires, est publié par Boston Critic Inc, une organisation à but non lucratif, et reçoit régulièrement des éloges d'intellectuels et d'écrivains notables.

     Le magazine a déjà une longue histoire derrière lui. Con!u d'abord comme un trimestriel consacré à la littérature et aux arts, le magazine a été lancé par un groupe qui comprenait Juan ALONSO, Richard BURGIN et Anita SILVEY. En 1976, après le départ de quelques uns des rédacteurs fondateurs, la publication a été co-éditée par Juan ALONSO et Gail POOL, puis par Gail POOL et Lorna CONDON. A la fin des années 1970, il est passé de la publication trimestrielle à la publication bimensuelle. En 1980, Arthur ROSENTHAL devient éditeur du magazine, qui prend alors son nom actuel, édité par Nick BROMELL. Les rédacteur sne chef ont été alors Mark SILK, puis Margareth Ann ROTH, cette dernière étant resté jusqu'en 1991. Au cours des années 1980, l'horizon thématique du magazine s'élargit et, pendant les années 1990, devient plus orienté politiquement, tout en conservant un profil fort dans la fiction et la poésie. Joshua COHEN remplace ROTH en 1991 et est rédacteur en chef depuis lors. En 2001, Deborah CHASMAN rejoint le magazine en tant que co-éditrice.

     Le texte intégral de Boston Review est disponible sur Internet depuis 1995. Et depuis 1996, comme le veut la tradition éditoriale aux États-Unis, 30 livres ont été publiés sur la base d'articles et de forums publiés dans Boston Review. En 2010, Boston Review est passé d'un tabloïd noir et blanc à un format tout-couleur brillant et en 2017, le magazine change à nouveau de format, fusionnant son magazine d'intérêt général bimensuel et ses publications de livres en bookazines trimestrielles thématiques.

Signalons que Boston Review est visible en français sur Internet.

  

       Objet très particulier aux États-Unis (de par son poids! Mais l'ensemble de la presse hebdomadaire se signale par une pagination qui ferait pâlir d'envie les meilleurs journaux de France), Boston Review offre une arène pour favoriser et explorer les questions relatives à la politique. Les thèmes de ce forum vont du travail de l'aide étrangère, à la stratégie de désengagement de l'Irak, aux nouveaux stress économiques dans la classe moyenne. Boston Review n'est pas la seule revue à suivre une évolution de publications d'oeuvres de fiction vers des discussions politiques, qui passent d'ailleurs par-dessus les préoccupations traditionnelles de non-partisan (ni Parti démocrate, ni Parti républicain)... Ce qui ne l'empêche pas de renforcer son "espace de dialogue de grande envergure sur la fiction contemporaine", son New Fiction Forum, fondée sur la prémisse simple que malgré l'intense mercantilisme de l'édition actuelle, il existe des romans originaux et vitaux publiés chaque saison.

     Boston Reviev hisse généralement les débats vers un haut niveau, qui contraste avec le pullulement de publications (qui parfois ne se prennent vraiment pas au sérieux!) - malgré la crise de la presse - à l'essentiel des articles "de concierge" (pour rester très très gentils...). Par exemple dans son numéro 13, elle publie un propos de la philosophe Agnes CALLARD, selon laquelle on ne peut être bon dans un monde mauvais, et la violence née d'une colère fondée sur des bases justes est également juste. Martha NUSSBAUM interroge la démarche rétributive et Judith BUTLER esquisse une morale de la non-violence.

Boston Review, Boston Examen, Boite P.O., Cambridge, MA 02142, Site Interne : Bostonreview.net   

Partager cet article

Repost0
11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 14:34

    Revue belge fondée en 1945, dirigée à l'origine par André MOLITOR, héritière de La cité chrétienne fondée par Jacques LECLERCQ, et comme elle indépendante mais d'inspiration catholique et d'orientation progressiste, La Revue nouvelle, ouverte aux intellectuels laïcs, a pour vocation d'être un lieu de réflexion engagée sur la société actuelle, avec un refus de coller à l'événement, donc aux modes du moment, préférant largement se donner le temps de la réflexion autour d'un dossier thématique.

    Ses numéros se structurent autour d'un tel dossier et d'une rubrique "Le Mois" décodant l'actualité du mois précédent la parution. S'y ajoutent un éditorial, un billet d'humeur, des articles divers, une rubrique "Italiques" publiant de la fiction et de la poésie et "Le Livre" proposant des compte rendus de lecture d'ouvrages.

   Paraissant sans discontinuer depuis plus de 70 ans, quoique avec une périodicité changeante (actuellement 8 numéros par an), La Revue nouvelle est une source d'information exceptionnelle sur la société belge et européenne de l'après-guerre.

   Avec un comité de rédaction fourni d'une trentaine de membres, La revue nouvelle poursuit un patient travail d'information et de réflexion qui a déjà une longue histoire.

Familiarisant le public avec des idées nouvelles sur l'organisation et les finalités de l'Église, telles celles de Joseph COMBLIN dans Échec de l'Action catholique? (Paris, 1961), préparant en quelque sorte des idées et des réalisations qui deviendront banales sous Jean XXIII, militant pour l'émancipation du Congo belge, la Revue nouvelle prend également position dès 1966 en faveur d'un rassemblement de progressistes et d'une plus grande autonomie des régions belges de Wallonie et de Bruxelles. Ces positions sont durant un temps défendues par "Trencavel", signature collective d'une équipe politique réunissant notamment Marc DELEPELEIRE (alors rédacteur en chef), Vincent GOFFART, François MARTOU et Michel MOLITOR.

    Jean DELFOSSE, Michel MOLITOR, Théo HACHEZ et Luc Van CAMPENHOUDT se sont succédé à la tête du large comité de direction de la revue. Depuis janvier 2014, elle est dirigée par Thomas LEMAIGRE et Christophe MINCKE. Son rédacteur en chef est Renaud MAES.

    Après une formule rénovée au début de 2008, la Revue a créé en 2013 des blogs destinés à compléter son offre d'information.

  Dans son n°1/2020 de janvier, la revue propose de se pencher sur la façon dont les communautés musulmanes de Belgique, confrontées à la "mise en acte violente d'une lecture idéologique de l'islam" continuent à vivre leur religion après les attentats commis en 2014 et 2016 dans la capitale.

Dans son site Internet, le journal se fait bien entendu l'écho de réflexions sur la crise du Covid-19, avec une série de points de vue, "pas toujours congruents" (Une revue face à la crise).

  

 

La Revue nouvelle, Rue du Marteau 19, 1000 Bruxelles, Site Internet revuenouvelle.be

 

Partager cet article

Repost0
6 mai 2020 3 06 /05 /mai /2020 14:51

   Médiacritiques, trimestriel d'Acrimed, parait depuis octobre 2011, pour réaliser une critique des médias quant à leurs objectifs, leur fonctionnement et leur place dans la société. La critique des auteurs qui s'y expriment est une critique explicative (qui s'intéresse à toutes les conditions sociales, économiques, politiques de leur présence), une critique normative (évaluation des transformations et évolutions des médias), intransigeante (indépendante et non intimidée par toutes les formes de pression qu'ils peuvent subir), politique mais non sectaire (ils ne prennent pas parti dans les opinions exprimées mais surtout sur la manière qu'ont les médias de le faire). L'association ACRIMED est elle-même indépendante, démocratique (fonctionnant strictement sur des règles associatives) et critique vis-à-vis des médias dominants. Elle leur oppose le droit à l'information, contre des politiques d'opacité et de "conservation des secrets industriels et financiers), chaque journaliste étant investi de l'injonction de confiance, maitrisant de la rédaction ou du montage des propos qu'il rapport ou qu'il tient lui-même. tout en respectant ses confrères appartenant aux médias critiqués. L'Acrimed, à travers la revue Médiacritiques, mais aussi des multiples publications propres ou qu'elle inspire, s'inscrit dans le fil droit de son Appel pour une action démocratique sur le terrain des médias de 1996. Elle tient beaucoup à rester en liaison étrotite avec une sociologie rigoureuse des médias.

    Concrètement, Acrimed est né du mouvement social de 1995, dans la foulée de l'Appel à la solidarité avec les grévistes. L'idée de l'association, émise dans l'entourage de la revue Esprit et de la CFDT,  est reprise par Henri MALER et Yvan JOSEN (décédé en 2007) qui rédige l'Appel pour une action démocratique sur le terrain des médias. L'association loi 1901, pour remplir les fonctions d'un observatoire des médias, s'est constitué, depuis sa création, comme une association-carrefour.

Elle réunit des journalistes et salariés des médias, des chercheurs et des universitaires, des acteurs du mouvement social et des "usagers" des médias. Parmi les fondateurs les plus actifs de l'association, on relève les noms de Patrick CHAMPAGNE, Yvan JOSSEN, Henri MALER, Éric MARQUIS, Jacques SONCIN et de quelques autres qui désirent garder l'anonymat.

Elle cherche, selon ses propres termes "à mettre en commun savoirs professionnels, savoirs théoriques et savoirs militants au service d'une critique indépendance, radicale et intransigeante.

    Ses vingt ans sont l'occasion de constater, notamment dans une conjoncture peu propice aux forces de gauche de manière générale et à la sempiternelle querelle d'égos qui règne sur cette partie de l'échiquier politique (qui a coûté entre autres la tentative de fondation d'un nouveau média à la gauche de la gauche...), que la création Acrimed improbable (faire agir des gens si différents...), fragile (recourant souvent à des expédients financiers) tient, se tenant constamment à (grande) distance des luttes politiciennes. Notons que la critique des médias n'est pas une création récente, et le chercheur Stéphane ARPIN considère que son essor va de pair avec l'industrialisation de la presse dans la deuxième moitié du XIXe siècle (Stéphane ARPIN, La critique des médias à l'ère postmoderne, dans Le Débat, n°138, 2006), sans compter la référence souvent implicite, quel que soit d'ailleurs le bord politique d'où vient la critique (de l'extrême droite à l'extrême gauche), aux multiples écrits contre l'Ancien Régime depuis le XVIIe siècle (presse clandestine). Contre un certain poujadisme et une forme de dénigrement et de défiance envers les médias, Médiacritiques tente, d'une certaine manière de réhabilité le journalisme, notamment le journalisme d'investigation.

    Les ressources d'Acrimed reposent avant tout sur la générosité de ses 2 500 membres et donateurs et donatrices, en plus des ventes du trimestriel (directes en boutique en ligne ou abonnements). A part son directeur de publication officiel Mathias REYMOND (vu la législation), Acrimed compte trois salairé(e)s à plein temps (rédaction et administration), l'essentiel des énergies d'écriture provenant d'une cinquantaine de contributeurs, pratiquement tous occasionnels, suivant les thèmes de la revue.

   Dans son numéro 34, de janvier-mars 2020, Médiacritiques propose une étude sur les journaux télévisés de France 2 du 5 au 31 décembre 2019, pendant la grève des transports. Bilan : la "galère des transports" a accaparé 43% du temps consacré à la réforme des retraites.

 

Médiacritiques, Acrimed, 39, rue du Faubourg Saint Martin, 75010 Paris. Site internet : acrimed.org

Partager cet article

Repost0
29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 08:06

   Fondée fin octobre 1935 par Jacques DUBOIN (1878-1976) et depuis parue sous différentes formes, le mensuel français de réflexion socio-économique La Grande Relève, autour de l'économie redistributive, se propose d'apporter analyses et informations sur un véritable progrès technique et social.

    Jusqu'en juillet 1939, la Grande Relève est publiée mensuellement sous forme de journal. Sa parution est interrompue sous l'Occupation allemande et reprend mensuellement en 1945, puis devient hebdomadaire en 1957 jusqu'en fin 1961, puis bimensuelle jusqu'en mai 1963 où elle redevient mensuelle. A la mort de Jacques DUBOIN EN 1976, sa fille Marie-Louise DUBOIN prend la suite à la direction et continue aujourd'hui d'en assurer la parution.

   Ses principes n'ont pas varié depuis l'origine : Parce que, depuis quelques décennies, dans les pays industrialisés, on assiste au remplacement du travail humain dans la plupart des processus de production de biens et de services, par des machines, des automates, par des commandes, par des informations, l'humanité, consciemment ou non, vit une véritable mutation. mais le progrès sur le plan technologique ne se transforme pas en progrès social. Inégalités et écarts entre riches et pauvres s'accroissent.

A l'opposé, l'économie distributive propose d'associer progrès technique et progrès social. Pour cela, la revue ne présente pas un projet de société "tout ficelé", rigide, "parachuté d'en haut, mais propose de discuter les contours que pourrait prendre une société, adaptée à l'après-salariat, qu'entraine cette grande relève : une société où la convivialité remplacerait la compétitivité, où la recherche du mieux être remplacerait celle de l'avoir plus, où la culture et l'expérience seraient plus appréciées que l'art de manipuler les gens ; bref une civilisation où la rentabilité ne serait plus le critère sur lequel se fonde toute entreprise. La revue préconise que le capitalisme fasse place à une économie distributive permettant à chacun de s'épanouir en choisissant lui-même ses activités, en fonction des besoins de tous, de ses propres aspirations et de ses capacités, et convenues par le contrat civique.

   Les rédacteurs du journal, tous bénévoles, en sont les lecteurs. Certains soulignent des faits d'actualité, pour les commenter. d'autres envoient des articles de fond à partir des thèses de l'économie distributive présentées dès le début des années 1930 par le fondateur du journal. D'autres enfin préfèrent participer plus brièvement, au débat, en l'alimentant de leur point de vue, sur un point précis les rubriques Tribune libre ou Courrier. Ce ne sont donc pas, a priori, des journalistes, des économistes ou des sociologues, ce sont des citoyens qui ont des réflexions à partager. Dans le numéro 1213 de décembre 2019, La Grande Relève propose une comparaison des thèses communalistes de Murray BOOKCHIN, mises en pratique dans le Rojava, en Calabre ou en France-Comté et celles de Jacques BUBOIN en faveur d'une économie de partage.

 

 

La Grande Relève, 88, Boulevard Carnot, 78110 Le Vésinet.  Archives en ligne sur le site officiel economiedistributive.fr, de 1936 à nos jours.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : LE CONFLIT
  • : Approches du conflit : philosophie, religion, psychologie, sociologie, arts, défense, anthropologie, économie, politique, sciences politiques, sciences naturelles, géopolitique, droit, biologie
  • Contact

Recherche

Liens